Le Professeur

Je suis entré en cinéma il y a 14 ans. J’ai d’abord cotôyé des comédiens sur les plateaux de mes films. Cela m’a donné très envie de mieux les connaître.

Pour mettre en place des outils de dialogue, j’ai suivi diverses formations à la direction d’acteurs, notamment :

-        en jeu face à la caméra (Alain PRIOUL, Maison du Film Court)

-        au théâtre (Philippe FERRAN, Compagnie Carabistouilles)

Je me suis également frotté à diverses grandes enseignes de formation de l’acteur comme les Cours Florent.

Enfin, j’ai expérimenté dans ma propre chair ce que signifie être comédien en prenant des cours de jeu (Frédéric MERLO, Conservatoire de Cachan)

J’enseigne depuis six ans (Théâtre de la Reine Blanche, Au bout du Quai, Les Frigos, L’Esperluette …).
Je n’ai signé aucun contrat d’exclusivité avec une des méthodes fondamentales (Stanislavski, Strasberg, Meisner, Dullin …).
Car je considère qu’il y a autant de méthodes appropriées que d’élèves.
Je m’inspire donc de toutes pour débusquer les blocages spécifiques à chaque personne et tenter d’y remédier.

En tant que directeur d’acteurs, ma spécificité pourrait se résumer en quatre points
1) une prédilection pour l’expérimentation

2) un souci de la collaboration

3) une culture de l’image

4) un goût prononcé pour la musique et la danse.

Aimer expérimenter veut dire passer par l’action. Faire et essayer pour trouver les solutions.

De plus, au terme « direction d’acteurs », je préfère le mot « accompagnement ». Il s’agit d’une écriture collective.
C’est pourquoi je cherche constamment à rendre le comédien plus autonome et plus intelligent. C’est en fouillant par lui-même et en acceptant de se tromper qu’il deviendra plus créatif.

Par ailleurs, mon travail de cinéaste imprègne d’images mon enseignement du jeu d’acteur. Je cherche à apporter au jeu sur scène un « intime » et une « fraîcheur visuelle ».

Enfin, j’ai pratiqué la danse (tango, salsa, house, hip hop etc …) et considère la musique comme une source d’inspiration première. C’est pourquoi j’aime faire travailler la musicalité à mes élèves.

Quoi qu’il en soit, je suis convaincu que tout part de l’écoute de soi et des autres, du lâcher prise. Il faut d’abord faire sortir l’animal des tréfonds, le regarder en face, l’examiner pour ensuite s’en servir et le maîtriser. Un comédien ne doit-il pas savoir se mouvoir librement au sein d’un cadre contraignant ?

Poster votre commentaire

Your email is never published nor shared. Required fields are marked *

*
*
*